fond-entete-page-fp

 

La protection de l’environnement est aujourd’hui primordiale. La qualité de l’eau en fait une denrée rare et chère et sa production entraîne un problème de plus en plus actuel qui est celui des boues industrielles ou urbaines qu’il faut éliminer au moindre coût et si possible valoriser.

Le filtre-presse a une place importante à tenir dans de nombreuses industries où il peut concentrer les boues et être utilisé soit en cours de production soit en traitement final des effluents. Dans tous les cas, le filtre-presse permet une séparation liquide / solide optimale, et les dernières évolutions qui en font un appareil 100% automatique en font aussi un appareil 100% actuel.

Le filtre-presse est un appareil servant à filtrer sous pression les liquides chargés de particules solides en suspension . Le filtre-presse est composé de 3 parties principales : le bâti, la partie filtrante et la centrale hydraulique.

La conception des filtres-presses à deux longerons latéraux, permet de retirer facilement les plateaux par le dessus de l’appareil et pour cela le distingue des filtres dont les plateaux suspendus sous une poutre centrale rendent leur manutention longue et pénible.

La filtration sur filtre-presse se fait suivant un cycle discontinu :

La fermeture : par le vérin hydraulique permet d’assurer l’étanchéité de l’appareil et de compenser la pression de filtration.

La filtration : les boues sont amenées sous pression par une pompe (centrifuge ou à membrane par exemple) et se répartissent dans les chambres; les toiles qui couvrent les plateaux sont traversées par le  » filtrat  » et arrêtent les particules solides pour former les gâteaux. Le filtrat est évacué du plateau par conduits ou goulottes. Le gâteau est évacué sous le filtre-presse. La pression d’utilisation en final peut aller de 2 à 50 bars.

L’ouverture : A la fin de la filtration le filtre-presse s’ouvre pour permettre la chute du gâteau. Un détecteur permet de contrôler la fin de la filtration et donne l’ordre au vérin de reculer la tête mobile et donc de dégager le premier gâteau.

Le débâtissage : La fin de recul de la tête mobile commande le démarrage du système de débâtissage qui libère successivement les gâteaux de leurs chambres.

Les auxiliaires du filtre-presse:

Le pont laveur : permet d’augmenter la durée de vie des toiles et d’en assurer leur efficacité. Pour réaliser l’opération de lavage, on verrouille le pont de lavage aux chariots de débâtissage; il se positionne alors dans l’intervalle entre deux plateaux.
Deux rampes munies de buses sont animées d’un mouvement de monte et baisse entre les plateaux. Dans un même temps, de l’eau sous pression à 30, 80 ou 100 bars, est envoyée par les buses pour nettoyer les toiles.

Le débâtisseur automatique : Le filtre-presse requiert généralement la présence d’un opérateur pendant la phase de débâtissage. Cet opérateur est chargé d’aider à faire tomber le gâteau lorsque celui-ci reste collé dans la chambre. Une des dernières innovations sur le filtre-presse Choquenet est  le débâtisseur automatique qui permet de remplacer l’opération manuelle par l’automatisme et cela quelles que soient les boues à filtrer.

Panneaux de protection : Les protections par panneaux permettent de sécuriser les opérateurs pendant les phases de mouvement mais également d’éviter les projections en cas de fuites entre les plateaux.

  • panneau protection

 

CONCLUSION

Le but de toutes nos études et recherches dans le domaine de la filtration sur filtre-presse a été et reste celui de conserver à cet appareil sa rusticité, sa solidité et sa grande fiabilité et donc de pérenniser sa conception d’autrefois, mais aussi d’en faire une machine moderne en lui apportant toutes les améliorations possibles qui amèneront non seulement un automatisme complet mais aussi des performances et des résultats non égalés par d’autres moyens de filtration, c’est à dire une siccité maximale pour un volume de gâteaux minimal , une consommation énergétique bien en dessous de la moyenne et un coût de maintenance pratiquement négligeable puisque la seule matière consommable sont les toiles filtrantes qui ont elles aussi profitées des progrès technologiques et peuvent assurer plusieurs milliers de cycles de filtration.